Après ces pavés pleins d’information, on est enfin dans le train avec son billet. Maintenant, il est temps de s’occuper car même si Lyon, Strasbourg ou Nantes sont à 2 heures de Paris, cela nous laisse du temps pour nos passions nomades. On ouvre une nouvelle catégorie « Se distraire en train ». Et quoi de mieux que de commencer en parlant d’un jeu ayant pour élément central un voyage en train ?

J’inaugure une nouvelle section du blog avec une des mes passions : le jeu-vidéo. Bien que chronophage, cela permet de devenir l’espace de quelques heures, un super héros qui sauve le monde, un gestionnaire d’hôpital ou, comme dans celui que je vais vous présenter, une voyageuse malgré elle. 😀

Syberia, jeu sorti en 2002 propose au joueur d’incarner Kate Walker, une avocate américaine venue finaliser l’achat d’une usine d’automate, pour le compte d’une multinationale dans le jouet. Cette manufacture est située dans la ville fictive de Valadilène dans les Alpes Françaises.

Tout ne se passe pas comme prévu. A son arrivée, elle est accueillie par un curieux convoi funéraire d’automates. Kate n’a même pas le temps de poser sa valise dans sa chambre qu’elle apprend que Anna Voralberg, “actuelle” propriétaire de la manufacture, vient de décéder. 🙁

Qu’à cela ne tienne, tout avait été prévu entre les partis dans le cas de cette éventualité. Jusqu’au moment de la lecture du testament par le notaire, indiquant clairement qu’il existe un héritier vivant : sous-entendu retardé mental, Hans Voralberg se trouverait « quelque part dans les pays de l’Est ». 😐

Kate décide de fouiller la ville à la recherche d’indice la menant vers Hans. Elle en apprend énormément sur la famille et l’usine Voralberg, et finit par découvrir la raison de la vente de l’usine : Anna venait de terminer la création d’un train lui permettant de rejoindre Hans. Kate n’a aucun autre moyen de parvenir à boucler le contrat. Après un long périple où, redoublant d’ingéniosité, elle termine la préparation de la locomotive et de son conducteur. Elle fini par convaincre ce dernier, un peu pointilleux sur la bureaucratie, de commencer le voyage. C’est alors que le train commence à rouler vers sa prochaine destination… 😀

Je vous propose un petit aperçu des cinématiques du jeu à découvrir ci-dessous :

Le jeu est rythmé par les arrêts obligatoires du train du à sa conception particulière à découvrir. Plusieurs haltes sont ainsi le théâtre d’une histoire mêlant les automates avec l’ancien « bloc de l’Est de l’Europe », tout en alimentant le personnage de Hans avec des rencontres uniques.

Le jeu se déroule à la manière d’un film interactif assez bien réalisé en pointé-cliqué. On notera cependant des dialogues un peu longuet mais bien doublés. Comme dans la majorité des jeux de ce genre, certaines énigmes sont parfois étranges et vous feront vous creuser les méninges en profondeur. La musique du jeu est de grande qualité et ne vous laissera pas indifférent. Le final reste assez cliché mais parfaitement maîtrisé et plein d’émotions.

Disponible sur de très nombreuses plateformes : PC, Mac, Android, iOS, PlayStation2, Playstation 3, Xbox, Xbox 360, Nintendo DS et Nintendo Switch. Je vous invite très cordialement à découvrir cette aventure unique en son genre ainsi que ses 2 suites.

L’image d’illustration de cet article est extraite du site Nintendo.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le site utilise Google Analytics pour la collecte anonyme et le calcul de statistiques de visites.
Je suis d'accord. Je refuse.