Après une petite pause dans la publication, on reprend de plus belle ! Par hasard, on tombe sur des opportunités qui semblent impossible. Mais que se passe-t-il quand on se donne les moyens de ses envies ?

Cela fait plusieurs années que je souhaitais voir Isabeau de R en spectacle. En regardant naïvement ses prochaines dates, je me rend compte que la dernière représentation est le 21 mars 2019 à Paris.

Vous aurez donc bien noté qu’il est maintenant impossible de voir ce spectacle. C’était donc la dernière chance que j’avais de pouvoir réaliser cette envie. Vous commencez à avoir l’habitude avec moi, j’ai donc encore effectué un trajet en train flirtant avec le paranormal ferroviaire. Accrochez-vous, on est sur du très croustillant ! 😀

La question qui se pose : est-il possible d’habiter dans le Sud, monter voir un spectacle à Paris tout en limitant les frais monétaires et de congés. Le 21 mars 2019 étant… Un jeudi !

Pour l’aller, un billet direct en TGVmax attrapé sur le fil pour mon plus grand bonheur. Un départ à 14h24 pour une arrivée à 18h. Débarquement à Gare de Lyon, je commence à chercher le théâtre.

Évidement, n’étant pas parisien, je me perds plusieurs fois dans les entrailles du métro. En plus, c’est l’heure de pointe, c’est donc pas facile de monter dans les rames bondées. Un petit sprint pour arriver et je retire mon billet au guichet. Quelques minutes plus tard, la salle s’ouvre et je suis placé.

La performance commence par une sublime ouverture entièrement en latin. Bien conté avec des mimiques permettant de suivre le sens des paroles, car j’avoue que j’ai un peu oublié mon Latin depuis le collège !

Plusieurs interludes parodiant les émissions télévisuelles sur la littérature se transforment en une récitation de poème cru et réaliste des crises de la 30ène, 40ène et 50ène. Plusieurs autres thèmes de sociétés sont abordés, la famille, la scolarité et l’éducation des enfants à travers les époques.

Une autre performance d’écriture et d’interprétation avec Isabeau qui raconte ses « boyfriends », en combinant une profession et des mots de la même famille pour démontrer pourquoi il n’était pas le bon parti en demandant toujours l’approbation du public.

Une autre hilarant parodie du politiquement correct avec « cassière » qui est devenu « hôtesse de caisse », elle tire le concept à son paroxysme, et là tout le monde en prend pour son grade. N’est-ce pas « hôtesse de jean-p » ? 😀

Je n’ai malheureusement pas assez de mémoire pour faire une liste exhaustive de tout le spectacle et c’est bien dommage… Pour clore son tableau, Isabeau fini sur son sketch culte, le Jardinage que je vous propose de découvrir en fin d’article. 🙂

Le spectacle terminé, Isabeau nous invite à partager un verre dans un café à proximité. Malheureusement, même si j’aurais bien voulu partager quelques mots avec l’artiste, l’heure tourne et il est déjà temps de se diriger vers Austerlitz pour prendre le train de nuit pour Toulouse. ( Je ne vous avais pas menti sur le côté paranormal du trajet. 😉 ) J’aurais bien voulu apercevoir la tour Eiffel de nuit mais je manque de temps. Un peu de marche dans un Paris silencieux et doux, je m’enfonce dans une bouche de métro et arrive en gare.

Mon train est déjà annoncé, je me dirige vers l’embarquement pour prendre place à bord. Je n’ai même pas le temps de m’installer que le train commence le voyage. C’est pas facile de s’endormir, mais le train n’étant pas complet, il n’y a que peu de bruit à bord. Je fini par m’endormir.

Le lendemain matin, avec un peu de retard, je descend et monte immédiatement dans l’intercité à destination de Marseille. Je profite du petit déjeuner servi à la place, commandé plusieurs jours en avance, pendant que le train sillonne à travers les plaines. J’arriverai frais avec quelques minutes de retard le vendredi matin sur mon lieu de travail. 🙂

En conclusion, une bonne soirée avec des frais très limités grâce à TGVmax et de la flexibilité. Une expérience que je ne regrette pas même si la nuit a été courte. Je vous laisse, comme promis, sur son sketch culte, le jardinage. Vous pourrez facilement trouver la majorité de ses sketchs sur Youtube si vous souhaitez continuer. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le site utilise Google Analytics pour la collecte anonyme et le calcul de statistiques de visites.
Je suis d'accord. Je refuse.