Il n’aura échappé à personne qu’une grève est en cours à la SNCF. Étrangement, j’apprécie ces moments là, cela induit un coté inattendu au voyage qui devient une aventure des temps modernes.

J’avais réservé un aller-retour à Noël en famille avec un trajet direct en TGV de Montpellier à Belfort. Pas cher car réservé dès l’ouverture des ventes. Tout va pour le mieux jusqu’au 5 décembre où les grèves commencent. Je commence à analyser mes alternatives : voiture, co-voiturage, avion… Mais aucune panique, après tout si je ne peux partir un jour, je partirais le lendemain.

Alors que la grève commençait à diminuer de façon considérable le trafic des trains, la SNCF décide de faire des mails et SMS d’information pour indiquer aux clients si leur TGV circule correctement ou non. Une semaine avant le départ, je reçois un message indiquant que mon train ne circulera pas. Dommage ! Je me précipite pour échanger mon billet, on me propose de prendre place dans un train au même horaire que le mien. J’en déduis qu’il s’agissait de deux TGV accrochés ensemble qui partagent une (grande) portion de trajet. L’échange s’effectue sans encombre et j’obtiens mes nouvelles places.

Le lendemain, un autre SMS indiquant que ce train ne circulera pas. C’est un gros raté. Je retente un échange en ligne. Mais là surprise, l’échange ne fonctionne pas et ne me propose aucun trajet de substitution alors que j’en trouve plusieurs en cherchant un nouveau billet. J’appelle le service client SNCF, après une longue attente, le serveur vocal fini par terminer automatiquement l’appel… (il devait être aussi ennuyé que moi de rejouer la musique en boucle.) Ne sachant pas trop quoi faire, je laisse passer quelques heures et retente un échange en ligne. Cette fois, j’ai un seul trajet proposé, je n’ai pas trop le choix donc je réussi à finaliser l’opération sans problème.

L’aventure ne fait que commencer. J’ai une correspondance de Lyon Part Dieu à Lyon Perrache d’une quarantaine de minutes. Cela devrait être assez selon mon expérience. Mais tout ce passe sans encombre, j’emprunte un TGV en provenance de Paris pour changer de gare. Et ça y est ! Je suis dans le dernier train, soulagement car il n’y a plus qu’a attendre l’arrivée.

Le retour se passe comme sur des roulettes, mon train initial est maintenu à une nuance prêt. Originalement à destination de la nouvelle gare de Montpellier Sud de France, l’itinéraire est modifié et la gare centrale (Saint Roch) est desservie. J’apprécie énormément, je n’aurais pas à courir entre bus et tram pour rejoindre la ville.

Une autre anecdote avec un voyage également dans la période des fêtes de Noël ou je devait rejoindre Montbéliard depuis Lons en TER. La veille, le trajet est annulé pour cause de grève. Je me dirige au guichet pour trouver une solution alternative et échanger mon billet. A ma grande surprise, la guichetière m’échange, sans délai, mon billet de TER pour un billet de TGV de Lons à Belfort-Montbéliard TGV pour un départ à une dizaine de minutes en avance. (Du temps où ce train circulait de Marseille à Strasbourg.) Je suis donc arrivé plus vite à ma destination à un tarif très préférentiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le site utilise Google Analytics pour la collecte anonyme et le calcul de statistiques de visites.
Je suis d'accord. Je refuse.